The list of quotes that, although they didn’t convince me, made me think. English version will be soon provided.


Creators need immediate connection to what they are creating.

Bret Victor - Inventing on Principle


[Translation] It might be well for all of us to remember that, while differing widely in the various little bits we know, in our infinite ignorance we are all equal.

[Original] Il serait alors salutaire de ne pas oublier que si les diverses parcelles de savoir que nous possédons nous rendent assez dissemblables, dans notre infinie ignorance nous sommes tous égaux.

Karl P. Popper — On the Sources of Knowledge and of Ignorance


La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L’homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers.

Charles Baudelaire — Les Fleurs du mal


Shipping first time code is like going into debt. A little debt speeds development so long as it is paid back promptly with a rewrite. Objects make the cost of this transaction tolerable. The danger occurs when the debt is not repaid. Every minute spent on not-quite-right code counts as interest on that debt. Entire engineering organizations can be brought to a stand-still under the debt load of an unconsolidated implementation, object- oriented or otherwise.

Ward Cunningham — The WyCash Portfolio Management System (1992)


Postmortems should be written for all significant incidents, regardless of whether or not they paged; postmortems that did not trigger a page are even more valuable, as they likely point to clear monitoring gaps. This investigation should establish what happened in detail, find all root causes of the event, and assign actions to correct the problem or improve how it is addressed next time. Google operates under a blame-free postmortem culture, with the goal of exposing faults and applying engineering to fix these faults, rather than avoiding or minimizing them.

Betsy Beyer, Chris Jones, Jennifer Petoff and Niall Richard Murphy — Site Reliability Engineering


[Translation] If epic poetry were to be matched by programming, we would no doubt focus on operating systems. These works of the mind are immense source codes defining, based on the elements available in the box, the whole ontology of the machine with which the user will interact: notions of process, file, kernel… The popularity of C comes not only from its intrinsic properties, but also from the great work it allowed to be written, Unix, in the reading of which a generation of programmers learned C as one learns Greek by reading Homer. Much more than in school exercises, it is in great works that the beauty of a language is expressed.

[Original] S’il fallait trouver à la poésie épique un équivalent en programmation, nul doute que l’on s’arrêterait sur les systèmes d’exploitation. Ces oeuvres de l’esprit sont d’immenses codes sources définissant, en s’appuyant sur les éléments disponibles dans le boîtier, toute l’ontologie de la machine avec laquelle l’utilisateur interagira : notions de processus, fichier, noyau… La popularité du C ne vient pas seulement de ses propriétés intrinsèques, mais également du grand oeuvre qu’il a permis d’écrire, Unix, dans la lecture duquel une génération de programmeurs apprit le C comme on apprend le grec en lisant Homère. Bien plus que dans les exercices scolaires, c’est dans les grandes oeuvres que s’exprime la beauté d’une langue.

Baptiste Mélès — Philosophie de la programmation informatique (2019)


If you think people can’t understand it [data collections for security measurements], if you think there are too many communications happening, if you think there is too much complexity in there, it needs to be simplified. […] If you have to be the president of the phone and phone is as complex as the United States government, we have a problem guys, this should be a much more simple, it should be obvious.

Edward Snowden — How Your Cell Phone Spies on You (2019)


Every piece of knowledge must have a single, unambiguous, authoritative representation within a system.

Andrew Hunt, David Thomas— The Pragmatic Programmer: From Journeyman to Master


Clean code is readable, but it must also be robust. These are not conflicting goals.

Robert C. Martin — Clean Code: A Handbook of Agile Software Craftsmanship


[Translation] Abandonment implies that we choose our own being. Abandonment comes with anguish. As for despair, this expression has an extremely simple meaning. It means that we will rely only on what depends on our will, or on the set of probabilities that make our action possible.

[Original] Le délaissement implique que nous choisissons nous-mêmes notre être. Le délaissement va avec l’angoisse. Quant au désespoir, cette expression a un sens extrêmement simple. Elle veut dire que nous nous bornerons à compter sur ce qui dépend de notre volonté, ou sur l’ensemble des probabilités qui rendent notre action possible.

Jean-Paul Sartre — L’existentialisme est un humanisme


Let me set your mind at rest. I did not simply write this program from beginning to end in its current form. More importantly, I am not expecting you to be able to write clean and elegant programs in one pass. If we have learned anything over the last couple of decades, it is that programming is a craft more than it is a science. To write clean code, you must first write dirty code and then clean it.

Robert C. Martin — Clean Code: A Handbook of Agile Software Craftsmanship


[Translation] Moreover, the frequency of torture is always a sign of faith or laziness in the Government. There is no evil that cannot be made good for something.

[Original] Au reste la fréquence des supplices est toujours un signe de foiblesse ou de paresse dans le Gouvernement. Il n’y a point de méchant qu’on ne pût rendre bon à quelque chose.

Jean-Jacques Rousseau — Du contrat social (1762)


[Translation] I will end this chapter & this book with a remark which must serve as a basis for any social system; it is that instead of destroying natural equality, the fundamental covenant on the contrary substitutes a moral & legitimate equality to what nature has been able to put of physical inequality between men, & that, being unequal in strength or in genius, they all become equal by convention & by law.

[Original] Je terminerai ce chapitre & ce livre par une remarque qui doit servir de base à tout sistême social ; c’est qu’au lieu de détruire l’égalité naturelle, le pacte fondamental substitue au contraire une égalité morale & légitime à ce que la nature avoit pu mettre d’inégalité physique entre les hommes, & que, pouvant être inégaux en force ou en génie, ils deviennent tous égaux par convention & de droit.

Jean-Jacques Rousseau — Du contrat social (1762)


[Translation] What is inadmissible is not that a woman should be materially rewarded for satisfying a man’s desire. It is that she explicitly asks for it.

[Original] Ce qui irrecevable n’est pas qu’une femme soit matériellement gratifiée de ce qu’elle satisfait le désir d’un homme. C’est qu’elle le demande explicitement.

Pheterson, trought Virginie Despentes — King Kong Théorie (2006)


[Translation] These books [of Sthal and Newton] were just waiting to be heard, to be valued for what they were worth; and it would not have cost their authors more than a month to make them clear; that month would have spared three years of labor and exhaustion to a thousand good spirits.

[Original] Ces livres [de Sthal et de Newton] ne demandaient qu’à être entendus pour être estimés ce qu’ils valent ; et il n’en eût pas coûté plus d’un mois à leurs auteurs pour les rendre clairs ; ce mois eût épargné trois ans de travail et d’épuisement à mille bons esprits.

Denis Diderot — Pensées sur l’interprétation de la nature (1754)


[Translation] If, on the other hand, God does not exist, we do not find in front of us values or orders that will legitimize our conduct. Thus, we have neither behind us, nor before us, in the numinous realm of values, justifications or excuses. We are alone, without excuses. This is what I will express when I say that man is condemned to be free.

[Original] Si, d’autre part, Dieu n’existe pas, nous ne trouvons pas en face de nous des valeurs ou des ordres qui légitimeront notre conduite. Ainsi, nous n’avons ni derrière nous, ni devant nous, dans le domaine numineux des valeurs, des justifications ou des excuses. Nous sommes seuls, sans excuses. C’est ce que j’exprimerai en disant que l’homme est condamné à être libre.

Jean-Paul Sartre — L’existentialisme est un humanisme


[Translation] If existence, on the other hand, precedes essence and we want to exist at the same time as we shape our image, this image is valid for everyone and for our entire era. Thus, our responsibility is much greater than we might suppose, because it involves the whole of humanity. […] And if I want, on a more individual basis, to marry, to have children, even if this marriage depends solely on my situation, or my passion, or my desire, then I am committing not only myself, but the whole of humanity to the path of monogamy. Thus I am responsible for myself and for all, and I create a certain image of the man I choose; by choosing myself, I choose man.

[Original] Si l’existence, d’autre part, précède l’essence et que nous voulions exister en même temps que nous façonnons notre image, cette image est valable pour tous et pour notre époque tout entière. Ainsi, notre responsabilité est beaucoup plus grande que nous ne pourrions le supposer, car elle engage l’humanité entière. […] Et si je veux, fait plus individuel, me marier, avoir des enfants, même si ce mariage dépend uniquement de ma situation, ou de ma passion, ou de mon désir, par là j’engage non seulement moi-même, mais l’humanité tout entière sur la voie de la monogamie. Ainsi je suis responsable pour moi-même et pour tous, et je crée une certaine image de l’homme que je choisis ; en me choisissant, je choisis l’homme.

Jean-Paul Sartre — L’existentialisme est un humanisme


[Translation] I may well meet today an unfortunate, ungrateful, insolent, rascal, traitor, who harms the common good; but if all these people are afflicted with so many vices, it is because of simple ignorance of what is good and what is evil.

[Original] Je pourrai bien rencontrer aujourd’hui un fâcheux, un ingrat, un insolent, un fripon, un traître, qui nuit à l’intérêt commun ; mais si tous ces gens-là sont affligés de tant de vices, c’est par simple ignorance de ce que c’est que le bien et le mal.

Marc Aurèle — Pensées pour moi-même


Je vous en conjure, mes frères, restez fidèles à la terre et ne croyez pas ceux qui vous parlent d’espoirs supraterrestres ! Ce sont des empoisonneurs, qu’ils le sachent ou non. Ce sont des contempteurs de la vie, des moribonds et des empoisonnés eux-mêmes, de ceux dont la terre est fatiguée : qu’ils s’en aillent donc ! Autrefois le blasphème envers Dieu était le plus grand blasphème, mais Dieu est mort et avec lui sont morts ses blasphémateurs. Ce qu’il y a de plus terrible maintenant, c’est de blasphémer la terre et d’estimer les entrailles de l’impénétrable plus que le sens de la terre !

Friedrich Nietzsche — Ainsi parlait Zarathoustra


“Philosophical methods of the sort you are using have been obsolete for at least three centuries,” I told him. “Their failure to provide truth has been demonstrated repeatedly. Now kindly buzz off because I have serious work to do and this discussion cannot be productive of anything except raising my blood pressure.” This wasn’t polite, but then wantonly wasting my time on frivolity wasn’t very polite either. Of course, he was being impolite out of ignorance or folly rather than malice, but the universe has a harsh way with ignorance and folly, and why should I be kinder than the universe?

Mike Alder — Newton’s Flaming Laser Sword


You get the drift. Indeed, the ratio of time spent reading vs. writing is well over 10:1. We are constantly reading old code as part of the effort to write new code. Because this ratio is so high, we want the reading of code to be easy, even if it makes the writing harder. Of course there’s no way to write code without reading it, so making it easy to read actually makes it easier to write.

Robert C. Martin — Clean Code: A Handbook of Agile Software Craftsmanship


You know you are working on clean code when each routine you read turns out to be pretty much what you expected. You can call it beautiful code when the code also makes it look like the language was made for the problem.

Robert C. Martin — Clean Code: A Handbook of Agile Software Craftsmanship


[Translation] Each family of idioms has thus emerged from the genius of each race, without effort or trial and error. Reason, which thinks and combines, has had almost as little part in the creation of language as it has in its transformations. No artificial and consciously executed revolution can be admitted in the development of languages: there are neither councils nor deliberative assemblies for them; they are not reformed as a vicious constitution. That is why the people are the true artisans of languages, because they best represent the spontaneous forces of humanity. Individuals are not competent in languages, whatever their genius; the scientific language of Leibniz would probably have been, as a means of transmitting thought, less convenient and more barbaric than the Iroquois. The most beautiful and richest idioms have come out with all their resources from a silent elaboration which ignored itself. On the contrary, the manic, tormented, man-made languages bear the imprint of this origin in their lack of flexibility, their painful construction, their lack of harmony. Whenever grammarians have tried to reform a language with a premeditated intention, they have only succeeded in making it heavy, without expression, and often less logical than the most humble patois.

[Original] Chaque famille d’idiomes est donc sortie du génie de chaque race , sans effort comme sans tâtonnement. La raison, qui réfléchit et combine a eu presque aussi peu de part dans la création du langage qu’elle en a dans ses transformations. On ne peut admettre dans le développement des langues aucune révolution artificielle et sciemment exécutée : il n’y a pour elles ni conciles, ni assemblées délibérantes ; on ne les réforme pas comme une constitution vicieuse. C’est pour cela que le peuple est le véritable artisan des langues, parce qu’il représente le mieux les forces spontanées de l’humanité. Les individus n’y sont pas compétents, quel que soit leur génie; la langue scientifique de Leibniz eût probablement été, comme moyen de transmission de la pensée, moins commode et plus barbare que l’iroquois. Les idiomes les plus beaux et les plus riches sont sortis avec toutes leurs ressources d’une élaboration silencieuse et qui s’ignorait elle-même. Au contraire, les langues maniées, tourmentées, faites de main d’homme, portent l’empreinte de cette origine dans leur manque de flexibilité, leur construction pénible, leur défaut d’harmonie. Toutes les fois que les grammairiens ont essayé de dessein prémédité de réformer une langue, ils n’ont réussi qu’à la rendre lourde, sans expression, et souvent moins logique que le plus humble patois.

Ernest Renan - De l’origine du langage


[Translation] If I were not a ghetto Jew, the idea of uniting humanity would not have occurred to me, or would not have obsessed me so stubbornly all my life. No one can feel the misfortune of human division as much as a ghetto Jew. No one can feel the need for a humanly neutral and a nationalistic language as strongly as a Jew, who is obliged to pray to God in a language that has long since died, who receives his education and instruction from a people that rejects him, and who has fellow sufferers all over the earth with whom he cannot understand himself… My Jewishness has been the main cause for which, from earliest childhood, I have devoted myself to an essential idea and dream, to the dream of uniting humanity…

[Original] Si je n’étais pas un juif du ghetto, l’idée d’unir l’humanité ou bien ne m’aurait pas effleuré l’esprit, ou bien ne m’aurait pas obsédé si obstinément pendant toute ma vie. Personne ne peut ressentir autant qu’un juif du ghetto le malheur de la division humaine. Personne ne peut ressentir la nécessité d’une langue humainement neutre et anationale aussi fort qu’un juif, qui est obligé de prier Dieu dans une langue morte depuis longtemps, qui reçoit son éducation et son instruction d’un peuple qui le rejette, et qui a des compagnons de souffrance sur toute la terre, avec lesquels il ne peut se comprendre… Ma judaïcité a été la cause principale pour laquelle, dès la plus tendre enfance, je me suis voué à une idée et à un rêve essentiel, au rêve d’unir l’humanité…

Leteroj de Zamenhof, n° 92, page 105, lettre du 21 février 1905 à Alfred Michaux, Ed. SAT 1948


Learning to write clean code is hard work. It requires more than just the knowledge of principles and patterns. You must sweat over it. You must practice it yourself, and watch yourself fail.

Robert C. Martin - Clean Code: A Handbook of Agile Software Craftsmanship


Did we Do our Best to “leave the campground cleaner than we found it”? Did we re-factor our code before check- ing in? These are not peripheral concerns but concerns that lie squarely in the center of Agile values. It is a recommended practice in Scrum that re-factoring be part of the concept of “Done.” Neither architecture nor clean code insist on perfection, only on honesty and doing the best we can. To err is human; to forgive, divine. In Scrum, we make every- thing visible. We air our dirty laundry. We are honest about the state of our code because code is never perfect. We become more fully human, more worthy of the divine, and closer to that greatness in the details.

Robert C. Martin - Clean Code: A Handbook of Agile Software Craftsmanship


The French poet Paul Valery advises us that a poem is never done and bears continual rework, and to stop working on it is abandonment. Such preoccupation with detail is common to all endeavors of excellence. So maybe there is little new here, but in reading this book you will be challenged to take up good disciplines that you long ago surrendered to apathy or a desire for spontaneity and just “responding to change.”

Robert C. Martin - Clean Code: A Handbook of Agile Software Craftsmanship


Things are only true in the way they are used.

Les choses n’ont de véracité que dans l’usage qu’on y trouve.

Arnaud - Munich (mai 2019)


Unbroadcasted good idea loses half of the interest in being found.

Une bonne idée n’étant pas diffusée perd la moitié de l’intérêt d’être trouvée.

Arnaud - Munich (avril 2019)


Sun Tzu dit : La guerre est d’une importance vitale pour l’État. C’est le domaine de la vie et de la mort : la conservation ou la perte de l’empire en dépendent ; il est impérieux de bien le régler. Ne pas faire de sérieuses réflexions sur ce qui le concerne, c’est faire preuve d’une coupable indifférence pour la conservation ou pour la perte de ce qu’on a de plus cher, et c’est ce qu’on ne doit pas trouver parmi nous.

Sun Tzu - L’Art de la guerre


On peut en toute objectivité avoir raison, et pourtant aux yeux des spectateurs, et parfois pour soi-même, avoir tort.

Arthur Schopenhauer - L’Art d’avoir toujours raison


S’il existe au moins deux façons de faire quelque chose et qu’au moins l’une de ces façons peut entraîner une catastrophe, il se trouvera forcément quelqu’un quelque part pour emprunter cette voie.

Edward Aloysius Murphy Jr.


Vous jugez de l’existence successive du monde, comme la mouche éphémère de la vôtre. Le monde est éternel pour vous, comme vous êtes éternel pour l’être qui ne vit qu’un instant : encore l’insecte est-il plus raisonnable que vous.

Denis Diderot - Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749)


Un phénomène est-il, à notre avis, au-dessus de l’homme ? nous disons aussitôt : c’est l’ouvrage d’un Dieu ; notre vanité ne se contente pas à moins. Ne pourrions-nous pas mettre dans nos discours un peu moins d’orgueil, et un peu plus de philosophie ? Si la nature nous offre un nœud difficile à délier laissons-le pour ce qu’il est et n’employons pas à le couper la main d’un être qui devient ensuite pour nous un nouveau nœud plus indissoluble que le premier. Demandez à un Indien pourquoi le monde reste suspendu dans les airs, il vous répondra qu’il est porté sur le dos d’un éléphant et l’éléphant sur quoi l’appuiera-t-il ? sur une tortue ; et la tortue, qui la soutiendra ?… Cet Indien vous fait pitié et l’on pourrait vous dire comme à lui : Monsieur Holmes mon ami, confessez d’abord votre ignorance, et faites-moi grâce de l’éléphant et de la tortue.

Denis Diderot - Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749)


Ainsi c’est pour avoir ignoré sa propre nature que le genre humain tomba dans la servitude, et fut mal gouverné.

Paul-Henri Thiry, baron d’Holbach - Système de la nature ou Des loix du monde physique et du monde moral (1770)


Il y a donc aussi une peinture pour les aveugles, celle à qui leur propre peau servirait de toile.

Denis Diderot - Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749)


Saunderson, avec tout l’esprit qu’il avait, ne s’entendait qu’à moitié, puisqu’il n’apercevait que la moitié des idées attachées aux termes qu’il employait. Mais qui est-ce qui n’est pas de temps en temps dans le même cas ? Cet accident est commun aux idiots, qui font quelquefois d’excellentes plaisanteries et aux personnes qui ont le plus d’esprit, à qui il échappe une sottise, sans que ni les uns ni les autres s’en aperçoivent.

Denis Diderot - Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749)


En effet, Saunderson parlait à ses élèves comme s’ils eussent été privés de la vue : mais un aveugle qui s’exprime clairement pour des aveugles doit gagner beaucoup avec des gens qui voient ; ils ont un télescope de plus.

Denis Diderot - Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749)


L’unité pure et simple est un symbole trop vague et trop général pour nous. Nos sens nous ramènent à des signes plus analogues à l’étendue de notre esprit et à la conformation de nos organes. Nous avons même fait en sorte que ces signes pussent être communs entre nous, et qu’ils servissent, pour ainsi dire, d’entrepôt au commerce mutuel de nos idées.

Denis Diderot - Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749)


Un moyen presque sûr de se tromper en métaphysique, c’est de ne pas simplifier assez les objets dont on s’occupe ; et un secret infaillible pour arriver en physico-mathématique à des résultats défectueux, c’est de les supposer moins composés qu’ils ne le sont.

Denis Diderot - Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749)


Il m’est cependant arrivé à moi-même, dans les agitations d’une passion violente, d’éprouver un frissonnement dans toute une main ; de sentir l’impression de corps que j’avais touchés il y avait longtemps s’y réveiller aussi vivement que s’ils eussent encore été présents à mon attouchement, et de m’apercevoir très distinctement que les limites de la sensation coïncidaient précisément avec celles de ces corps absents.

Denis Diderot - Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749)


Si vous vous prêtez pour un instant à cette supposition, elle vous rappellera, sous des traits empruntés l’histoire et les persécutions de ceux qui ont eu le malheur de rencontrer la vérité dans des siècles de ténèbres, et l’imprudence de la déceler à leurs aveugles contemporains, entre lesquels ils n’ont point eu d’ennemis plus cruels que ceux qui, par leur état et leur éducation, semblaient devoir être les moins éloignés de leurs sentiments.

Denis Diderot - Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749)


Nous ne parvenons à attacher une idée à quantité de termes qui ne peuvent être représentés par des objets sensibles, et qui, pour ainsi dire, n’ont point de corps, que par une suite de combinaisons fines et profondes des analogies que nous remarquons entre ces objets non sensibles et les idées qu’ils excitent ;

Denis Diderot - Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749)


Il [l’aveugle du Puisaux] estime avec beaucoup plus de précision que nous la durée du temps, par la succession des actions et des pensées.

Denis Diderot - Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749)


Et qu’est-ce, à votre avis, que des yeux ? lui dit M. de… « C’est, lui répondit l’aveugle, un organe, sur lequel l’air fait l’effet de mon bâton sur ma main. » Cette réponse nous fit tomber des nues ; et tandis que nous nous entreregardions avec admiration : « Cela est si vrai, continua-t-il, que quand je place ma main entre vos yeux et un objet, ma main vous est présente, mais l’objet vous est absent. La même chose m’arrive, quand je cherche une chose avec mon bâton, et que j’en rencontre une autre. »

Denis Diderot - Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749)


Je lui demandai ce qu’il [l’aveugle] entendait par un miroir : « Une machine, me répondit-il, qui met les choses en relief loin d’elles-mêmes, si elles se trouvent placées convenablement par rapport à elle. C’est comme ma main, qu’il ne faut pas que je pose à côté d’un objet pour le sentir. »

Denis Diderot - Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749)


La difficulté qu’ont les aveugles à recouvrer les choses égarées les rend amis de l’ordre ; je me suis aperçu que ceux qui les approchaient familièrement partageaient cette qualité, soit par un effet du bon exemple qu’ils donnent, soit par un sentiment d’humanité qu’on a pour eux. Que les aveugles seraient malheureux sans les petites attentions de ceux qui les environnent ! Nous-mêmes, que nous serions à plaindre sans elles ! Les grands services sont comme de grosses pièces d’or ou d’argent qu’on a rarement occasion d’employer ; mais les petites attentions sont une monnaie courante qu’on a toujours à la main.

Denis Diderot - Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749)


Et, entre plusieurs opinions également reçues, je ne choisissois que les plus modérées, tant à cause que ce sont toujours les plus commodes pour la pratique, et vraisemblablement les meilleures, tous excès ayant coutume d’être mauvais, comme aussi afin de me détourner moins du vrai chemin, en cas que je faillisse, que si, ayant choisi l’un des extrêmes, c’eût été l’autre qu’il eût fallu suivre.

René Descartes - Discours de la méthode


Le second, de diviser chacune des difficultés que j’examinerois, en autant de parcelles qu’il se pourroit, et qu’il seroit requis pour les mieux résoudre.

René Descartes - Discours de la méthode


[…] je m’avisai de considérer que souvent il n’y a pas tant de perfection dans les ouvrages composés de plusieurs pièces, et faits de la main de divers maîtres, qu’en ceux auxquels un seul a travaillé.

René Descartes - Discours de la méthode


On dit en morale, quot capita, tot sensus ; (autant de têtes, autant d’avis) c’est le contraire qui est vrai : rien n’est si commun que des têtes, et si rare que des avis. On dit en littérature, il ne faut point disputer des goûts : si l’on entend qu’il ne faut point disputer à un homme que tel est son goût, c’est une puérilité. Si l’on entend qu’il n’y a ni bon ni mauvais dans le goût, c’est une fausseté. Le philosophe examinera sévèrement tous ces axiomes de la sagesse populaire.

Denis Diderot - Pensées sur l’interprétation de la nature (1754)


Grandir c’est s’amplifier.

Munich (Novembre 2018)


Tous les hommes recherchent d’être heureux. Cela est sans exception, quelques différents moyens qu’ils y emploient. Ils tendent tous à ce but. Ce qui fait que les hommes vont à la guerre et que les autres n’y vont pas est ce même désir qui est dans tous les deux accompagné de différentes vues. La volonté ne fait jamais la moindre démarche que vers cet objet.

Blaise Pascal - Pensées


Il y a des phénomènes trompeurs qui semblent, au premier coup d’œil, renverser un système, et qui, mieux connus, achèveraient de le confirmer.

Denis Diderot - Pensées sur l’interprétation de la nature (1754)


Jamais le temps qu’on emploie à interroger la nature n’est entièrement perdu.

Denis Diderot - Pensées sur l’interprétation de la nature (1754)


If you kept the small rules you could break the big ones.

George Orwell - 1984 (1949)


L’étonnement est le premier effet d’un grand phénomène : c’est à la philosophie à le dissiper.

Denis Diderot - Pensées sur l’interprétation de la nature (1754)


Il se sentit triste comme une maison démeublée ;

Gustave Flaubert - Madame Bovary (1857)


Hâtons-nous de rendre la philosophie populaire.

Denis Diderot - Pensées sur l’interprétation de la nature (1754)


Quand on vient à comparer la multitude infinie des phénomènes de la nature avec les bornes de notre entendement et la faiblesse de nos organes, peut-on jamais attendre autre chose de la lenteur de nos travaux, de leurs longues et fréquentes interruptions et de la rareté des génies créateurs, que quelques pièces rompues et séparées de la grande chaîne qui lie toutes choses ?

Denis Diderot - Pensées sur l’interprétation de la nature (1754)


Ne pas aimer les femmes, chez un homme, c’est une attitude. Ne pas aimer les hommes, chez une femme, c’est une pathologie.

Virginie Despentes - King Kong Théorie (2006)


Aucun design n’est absolument bon ou mauvais au même titre qu’aucune décision n’est absolument bonne ou mauvaise.

Ninroot - Munich (mars 2017)


les hommes se tromperont toujours quand ils abandonneront l’expérience pour des systêmes enfantés par l’imagination. L’homme est l’ouvrage de la nature, il existe dans la nature, il est soumis à ses loix, il ne peut s’en affranchir, il ne peut même par la pensée en sortir ; c’est en vain que son esprit veut s’élancer au delà des bornes du monde visible, il est toujours forcé d’y rentrer.

Paul-Henri Thiry, baron d’Holbach - Système de la nature ou Des loix du monde physique et du monde moral (1770)


S’il l’on voulait trouver à tout prix une spécificité de l’épistémologie des sciences de l’Homme par rapport à l’épistémologie des sciences de la Nature, nous pourrions la trouver dans la nécessité de prendre pour objet, outre les régularités objectives, le rapport des sujets aux régularités objectives, parce qu’après tout, les planètes ne tiennent pas de discours sur les régularités auxquelles elles obéissent.

Jean Claude PASSERON - Introduction à la sociologie I (1966)